Enceint !

Pour la première fois, un futur père prend la parole ! Chaque année, 810 000 enfants naissent en France, et autant de papas sont soudain confrontés à leur nouveau statut. Entre bonheur et inquiétude, le chemin est long pour s’accomplir en tant que parent. 275 jours inoubliables dans une vie, avec des moments de doutes, des craintes à apaiser, sa propre naissance à revisiter et un couple à recomposer.

Alors que les femmes vivent cette transformation du couple dans leur chair, le poids des traditions relègue encore les futurs papas au second plan, les obligeant à passer leurs propres interrogations sous silence.

Francis Guthleben donne une voix à tous ces futurs pères. Avec humour et sensibilité, il retrace les étapes de cette création à deux et de cette naissance à soi-même. Les femmes vont enfin comprendre ce qui se passe dans la tête et le corps des hommes pendant leur grossesse. Un témoignage novateur où père et mère sont traités en égaux face à cette aventure incomparable.

Editions Gawsewitch – 2013

Un extrait

La lumière d’avril glisse sur le corps de Julia. Elle ajoute ses ondulations souples. Je détaille ses mains fuselées et ses jambes si longues. Je me régale de ses lèvres charnues, de ses grands yeux gris-bleu, parfois naïfs et rêveurs, parfois sombres et troublants. Elle se prête à mes caresses, jette en arrière ses longs cheveux noirs et me propose la cambrure de ses reins.

Puis elle se penche avec excès vers moi. Mon regard plonge dans son chemisier blanc, trace une courbe autour de son petit 85 B et finisse sur son ventre sculptural. Devant la maison, elle plaque contre moi ses fesses de mannequin, moulées dans un pantalon noir, et me dit : « Je sens un battement d’ailes de papillons. » Se veut-elle poétique pour dire son désir, ou perçoit-elle intimement son ovulation ?

En l’effeuillant, je comprends que nous n’allons pas nous aimer par nos explorations familières. Plus souvent que d’habitude, nous avons besoin de reprendre notre souffle. On s’entortille, on s’encastre, on se vit, debout, assis, allongés, main dans la main. On se parle. Elle : « Je respire par ce cordon qui nous relie. » Moi : « Notre étreinte est un accouchement. »

Achetez Enceint ! sur le site Amazon ou chez votre libraire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :