30 hommes et femmes de 20 à 86 ans rêvent le XXIe siècle. Francis Guthleben est l’un d’eux.

Il y a un temps pour tout. Un temps pour se battre. Un temps pour imaginer. Un temps pour gérer le quotidien. Un temps pour construire et rêver l’avenir. C’est dans un équilibre harmonieux entre ces deux pôles que les auteurs tentent de progresser.

À contre sens de la pensée unique, à l’aube de l’an 2000, ce recueil veut donner toute sa place au projet, au futur, à l’utopie, au rêve et pourquoi pas, à la poésie.

Editions Lefranc – 2000

Un extrait

Après l’incontournable et nécessaire rejet de son histoire personnelle vient, tôt ou tard, le temps de la réconciliation et de la reconstruction…

Rêver l’an 2000, c’est d’abord rêver d’une autre humanité. Regarder le chemin parcouru, observer la terre de sa vie, comprendre ses pères et ses mères, revoir tous ceux qui, malgré eux, ont pu nous remplir de plaies et de bosses. Cette rencontre avec nous mêmes est bien souvent douloureuse, insupportable. Les douleurs sont parfois si grandes que l’on veut fuir encore et toujours, entre haine et désolation, pour se construire à nouveau des béquilles de vie.

Assurément, cela pourrait être plus confortable, mais le chemin entamé ne peut s’arrêter.

Tu peux toujours croire que les petites cases de la mémoire peuvent s’ouvrir comme des tiroirs et laisser échapper les souvenirs…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :